top of page
Rechercher
  • David Boudeweel-Lefebvre

La CAQ n’est plus seule au sommet

Au Québec, un vent de changement souffle sur l’échiquier politique depuis environ un an, marqué par une montée significative des intentions de vote en faveur du Parti québécois (PQ). Cette ascension, continue et remarquée, place pour la première fois depuis longtemps, le PQ en position de véritable menace pour la Coalition Avenir Québec (CAQ), qui dirige la province depuis 2018.

 

Face à cette montée, la CAQ n’est pas restée passive. Le parti au pouvoir a entrepris des ajustements stratégiques pour regagner le soutien populaire. Notamment, des avancées significatives ont été réalisées dans le secteur de la santé, un domaine critique pour les électeurs, surtout dans le contexte post-pandémique. Parallèlement, la CAQ a opéré un retour à des politiques plus favorables au libre-marché, particulièrement dans le secteur de la construction, visant ainsi à stimuler l’économie et à répondre aux besoins en infrastructures.

 

La remontée du PQ dans les sondages peut être attribuée à plusieurs facteurs clés. L’un des plus influents est sans doute le leadership charismatique de Paul St-Pierre Plamondon, qui a su redonner un souffle nouveau à son parti. Son approche, à la fois dynamique et inclusive, semble avoir ravivé l'intérêt pour une formation politique qui avait perdu de son éclat au fil des années.

 

Par ailleurs, le gouvernement actuel de la CAQ semble montrer des signes d’essoufflement. La gestion hyperactive de nombreux dossiers simultanément a peut-être commencé à peser sur sa popularité. Les électeurs, initialement séduits par l’énergie et l’ambition du parti au pouvoir, pourraient désormais percevoir cette frénésie administrative comme un manque de focalisation et de priorisation.

 

Une autre raison significative de la montée du PQ est la nouvelle fracture au sein des nationalistes du Québec. Alors que le mouvement indépendantiste semblait en dormance, une faction de nationalistes exprime de nouveau des sentiments séparatistes. Ces derniers, bien que ne constituant pas une majorité, expriment une déception notable vis-à-vis de la CAQ, qu’ils jugent insuffisante dans l’utilisation de son rapport de force avec le gouvernement fédéral à Ottawa. Bien que le séparatisme ne soit pas en hausse majeure, cette déception chez certains électeurs nationalistes alimente la flamme du PQ, qui trouve là une opportunité de regagner du terrain.

 

En conclusion, la montée du Parti québécois dans les intentions de vote représente un tournant potentiel pour la politique québécoise. Il sera intéressant de suivre l’évolution de cette dynamique, surtout à l’approche des élections. La possibilité de départs au sein du gouvernement actuel pourrait déclencher des élections partielles, qui sont par nature imprévisibles et pourraient réserver des surprises. Ces développements pourraient soit confirmer la montée du PQ comme un challenger sérieux pour la CAQ, soit redéfinir à nouveau les alliances et les priorités politiques au Québec.

 

Comments


bottom of page