top of page
Rechercher
  • David Boudeweel-Lefebvre

De reports en délais, quelles perspectives pour l’élargissement de la consigne ?

Début 2020, le gouvernement du Québec annonçait un ambitieux plan d’élargissement de la consigne. Bientôt, tous les contenants de boisson, des bouteilles d’eau en passant aux vins et spiritueux, et même aux cartons de lait, seraient consignables, tout comme le sont les contenants de bières et de boissons gazeuses depuis des décennies. L’objectif : réduire drastiquement la présence de ces contenants dans les dépotoirs québécois.


Cette réforme revêt une haute importance pour le gouvernement, qui cherche à se défaire de l’étiquette de négligence environnementale attribuée par ses adversaires. Pour preuve, la présence du premier ministre lui-même lors de l’annonce, occurrence habituellement réservée aux grandes priorités.


En mai, le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, a annoncé un nouveau report de l’élargissement de la consigne à début janvier 2025, soit en même temps que les cartons multicouches. Il s’agit d’un second report consécutif, alors que l’échéancier initial prévoyait plutôt une mise en application dès novembre 2020. Si le premier report peut facilement être mis sur le dos de la pandémie mondiale qui allait se déclencher peu après l’annonce officielle, qu’en est-il maintenant?


Responsabilité élargie des producteurs

Cette réforme, tout comme celle de la collecte sélective qui a été annoncée quelques mois plus tard, repose sur le principe de responsabilité élargie des producteurs, selon lequel les entreprises qui mettent en marché des produits au Québec sont responsables de leur gestion en fin de vie. C’est d’ailleurs pourquoi, dans les deux cas, l’implantation de la réforme a été confiée à des organismes de gestion reconnus, qui sont essentiellement des regroupements concernées par la réforme.


Fin octobre 2022, le gouvernement du Québec a officiellement annoncé la désignation de l’Association québécoise de récupération des contenants de boissons (AQRCB) comme organisme de gestion désigné pour gérer la réforme de la consigne. Depuis, plus un mot, ou presque. Le Site Web de l’AQRCB est rudimentaire, comparativement à celui d’Éco Entreprises Québec, qui gère la réforme de la collecte sélective. De plus, il semble ne pas avoir été mis à jour depuis un certain temps. Dans les coulisses, on entend que l’organisme rencontrerait d’importantes difficultés dans sa mise en place; difficultés qui reflètent la grande réticence de l’industrie vis-à-vis de la réforme.


Un coup de barre à donner

Si le ministre de l’Environnement a plaidé que les équipementiers, et que la population en général n’étaient pas prêts, la réalité, c’est que ces difficultés d’implantation ont pesé lourdement dans la balance. Si le gouvernement veut que ce second report de l’implantation de la nouvelle consigne soit le dernier, le ministre devra mettre les bouchées doubles. Échouer à mettre en place cette promesse phare pourrait devenir un épine dans le pied du gouvernement, surtout si des groupes d’opposition parvenaient à s’organiser et à faire du bruit d’ici les prochaines élections.


Nouveaux échéanciers en bref


1er novembre 2023

  • Élargissement aux contenants en aluminium non-couverts (boîtes de conserve, cannettes, pots).

  • Augmentation de la consigne à 0,10$.


Début 2025

  • Élargissement de la consigne aux contenants de verre, plastique, cartons multicouches.

  • La consigne sera fixée à 0,10$.



Comentários


bottom of page