top of page
Rechercher
  • David Boudeweel-Lefebvre

Dépôt du projet de loi pour créer l’agence Santé Québec

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a procédé le mercredi 29 mars au dépôt du projet de loi qui créera l’agence Santé Québec, une véritable révolution dans le domaine de la santé au Québec.

Un an après avoir déposé son « plan santé » afin de rendre le système de santé plus efficace et plus humain, le ministre se donne les moyens de réussir en mettant sur pied un organisme central, avec à sa tête un conseil d’administration composé de gens de différents horizons, qui procédera à la gestion opérationnelle du réseau de la santé.

Un véritable changement de culture

Cette nouvelle orientation de l’organisation de l’ensemble du réseau de la santé du Québec est majeure. Les changements proposés modifient en profondeur le système, que ce soit l’organisation du travail, la gestion des contrats externes ou encore l’organisation des unités de sois.

La pandémie de COVID-19 a mis en lumière plusieurs lacunes du système de santé dont plusieurs étaient connues depuis longtemps. Le gouvernement a considéré qu’un électrochoc s’imposait pour diminuer le temps d’attente aux urgences, réduire les listes d’attente en chirurgie et s’assurer de la prise en charge des Québécois par le bon professionnel de santé dans un délai raisonnable.

Un nouveau conseil d’administration

Pour composer le conseil d’administration de la nouvelle agence, le ministre souhaite que des « tops guns », pour reprendre son expression, provenant du secteur privé viennent pourvoir les postes de direction. L’objectif principal est d’injecter du sang neuf dans un système usé et inefficace. De plus, le ministre souhaite que Santé Québec procède à l’embauche de plusieurs centaines de nouveaux gestionnaires axés sur une culture du résultat. Les prochaines années seront intéressantes pour les entreprises pouvant aider la nouvelle agence Santé Québec à revoir ses façons de faire. Ces changements de structure, et de personnel de direction auront des impacts sur le travail de l’ensemble des sous-traitants du réseau.

Une nouvelle approche face aux syndicats

L’agence Santé Québec deviendra l’unique employeur des 375 000 employés du réseau de la santé. Les directeurs des 34 centres régionaux se rapporteront directement à Santé Québec plutôt qu’à des conseils d’administration locaux. Le ministère de la Santé s’occupera pour sa part des grandes orientations et de la planification.

Un des changements majeurs proposés par le projet de loi est la reconnaissance de l’ancienneté syndicale des employés sur tout le territoire. Cette proposition permettra enfin aux employés de changer de région sans perdre leur ancienneté.

La réforme du ministre Dubé vise à diminuer l'influence des syndicats sur le réseau en fusionnant l'ancienneté syndicale des employés dans tout le Québec. En centralisant les opérations, les conventions collectives locales seront fusionnées. Avec cette fusion, les tables de négociations actuelles passeront de 136 à 4, promettant des gains d’efficacité considérables.

Changements pour les médecins spécialistes

Le projet de loi propose également d’obliger les médecins spécialistes à se déplacer partout au Québec pour prendre en charge des patients dans des régions de la province actuellement mal desservies par le système.

Les médecins spécialistes devront offrir de meilleures disponibilités pour voir des patients à l’urgence et accepter des horaires moins favorables.

Résistance au changement

Les réactions ont fusé de toutes parts avant et après le dépôt du projet de loi. Les partis d’opposition se sont fait les porte-paroles des fonctionnaires du ministère de la Santé ainsi que du personnel dans le réseau présentement inquiets face à ce changement de culture. Le ministre a dit que « les colonnes du temple allaient bouger » et la résistance sera certes importante.

Ce n’est pas la première fois que le Québec vit une modification importante dans la gestion de son système de santé, toutefois, aucune n’est allée aussi loin que celle proposée par le présent gouvernement actuel. Forte d’une majorité importante, renouvelée par les Québécois en octobre dernier, la Coalition Avenir Québec de François Legault a les coudées franches pour agir.

Reste à voir si l’expérience de gestionnaire du ministre Dubé pourra faire la différence et mener à terme cette réforme majeure.

Comments


bottom of page