top of page
Rechercher
  • David Boudeweel-Lefebvre

Choc électoral au Québec

Une élection partielle a eu lieu ce lundi 2 octobre au Québec. Elle avait lieu dans la circonscription de Jean-Talon, couvrant essentiellement des quartiers favorisés et universitaires de la ville de Québec. Une lutte à deux se dessinait entre le parti au pouvoir, la CAQ, et le Parti québécois (PQ) qui espérait causer la surprise.


En 2022, lors de l’élection générale, la CAQ avait emporté cette circonscription historiquement libérale alors que le parti gagnait 90 des 125 sièges dans l’ensemble de la province.


Eh bien! Le PQ l’a causée cette surprise… et par une solide marge. La victoire du candidat du PQ Pascal Paradis a été confirmée avec une impressionnante majorité. Pascal Paradis a été élu avec plus de 40% des voix contre moins de 25% pour son adversaire de la CAQ.


On peut dire que la CAQ a manqué une belle opportunité de s’ancrer dans la circonscription. Un an presque jour pour jour après la plus récente élection générale, la défaite laisse un goût amer.


L’élection partielle n’est pas une crise pour le gouvernement, mais un avertissement pour les prochains mois. Il sera intéressant de voir comment le gouvernement, qui a entrepris plusieurs réformes majeures et qui doit faire face à la gronde des syndicats, pourra s’adapter et rebondir.


Ce qui explique cette défaite du parti gouvernemental? Tout d’abord, il faut y voir une décision des électeurs de Québec, qui ont très mal pris les tergiversations du gouvernement en matière de transport dans la région. Aussi, on peut penser à une certaine usure du pouvoir qui se manifeste envers un gouvernement qui se veut une grande coalition, mais qui à faire beaucoup de choses en même temps, manque parfois d’unité.


Par contre, il faut se rappeler aussi qu’une élection partielle c’est d’abord et avant tout une occasion d’envoyer un message et non un choix de gouvernement. Les électeurs de Jean-Talon ont donc définitivement envoyé leur message de mécontentement et il sera intéressant de voir les conséquences au cours des prochaines semaines et des prochains mois.


Une chose est certaine, la session parlementaire en cours sera affectée par les résultats de cette élection partielle. Il est à penser que les partis d’opposition se montreront plus agressifs et se sentiront renforcés dans leurs intentions de talonner davantage le gouvernement.


Pour la première fois depuis cinq ans, un autre parti politique que la CAQ a un vrai momentum politique dans la province. Les résultats montrent effectivement que le Parti libéral, Québec solidaire et le Parti conservateur du Québec ont tous connu un recul en comparaison avec l’élection générale de l’an dernier dans la même circonscription.

Comments


bottom of page